Taille des bouteilles : qu'est-ce que ça change pour le vin ?
Taille des bouteilles : qu'est-ce que ça change pour le vin ?
Publié le lundi 29 décembre 2014

Taille des bouteilles : qu'est-ce que ça change pour le vin ?

Il est de tous les évènements jet-set. Des podiums des compétitions sportives aux clips de Jay-Z, Kanye West et consorts en passant par les photos volées des stars en goguette à Saint-Tropez, le magnum s'est imposé comme l'emblème des fêtes et du bling-bling. Jéroboam, impérial, nabuchodonosor… Ces grands contenants ont pourtant de vraies vertus, loin du phénomène de mode affiché sur papier glacé. Toutlevin.com plonge dans le grand bain et fait le point sur ces bouteilles hors norme en cinq questions.

Qu'appelle-t-on grande bouteille ?

Si les étagères des cavistes sont essentiellement garnies de demi-bouteilles et de bouteilles de 75 cl, il existe d'autres formats, plus rares : les grands contenants. Le plus répandu est sans doute le magnum. Son volume d'un litre et demi représente l'équivalent de deux bouteilles classiques. Le jéroboam, lui, affiche 3 litres de contenance, soit 4 bouteilles. Le mathusalem, également appelé impérial, compte 6 litres de vin, soit 8 bouteilles, tandis que le balthazar renferme 12 litres de liquide. Le nabuchodonosor, enfin, peut contenir 15 litres de vin, soit un total de vingt bouteilles classiques.

Quel est l'effet de ces grandes bouteilles sur le vin ?

Qu'elles contiennent 75 cl, 1,5 l, 3 l ou 12 litres de vin, les bouteilles comportent un élément dont la taille ne varie quasiment pas : le goulot. Loin d'être proportionnel à la taille du flacon, il reste étroit même s'il s'agit d'un nabuchodonosor. La surface de vin qui pourrait potentiellement entrer en contact avec l'air est donc presque identique dans une bouteille de 75 cl et dans un jéroboam. Les effets de cette oxydation se font alors mathématiquement moins ressentir dans un grand contenant que dans un flacon de 75 cl. Bref, plus la bouteille est grande, moins le volume de vin altéré par l'air est élevé. Vins et champagnes sont ainsi mieux conservés dans de grandes bouteilles.

Tous les vins sont-ils adaptés aux grands contenants ?

On le sait, le contact avec l'air favorise le vieillissement du vin. En réduisant ce phénomène, les grandes bouteilles permettent de diminuer les effets du temps. Inutile de les utiliser pour embouteiller des vins conçus pour être bus dans l'année: leur rôle serait purement esthétique. C'est le cas des magnums de rosé de Provence qui ont fait leur apparition il y a quelques années. A la fois beaux et impressionnants, ils mettent la couleur claire du vin en valeur mais n'apportent rien de plus qu'une bouteille classique s'ils sont débouchés rapidement. Ce sont les vins de garde, qui donnent aux grands contenants toute leur utilité.

Où trouver ces grands contenants ?

Démocratisés, les magnums se dénichent facilement chez votre caviste, voire dans les rayons des grandes surfaces lors des foires aux vins. Les plus grands contenants, eux, sont rares. On pourrait penser qu'ils reviendraient moins cher à l'achat que quatre ou six bouteilles. Erreur. Produits en très petites quantités, ils demandent des équipements spécifiques, qui se répercutent sur le prix final. Plus difficiles à stocker qu'un flacon de 75 cl, ils encombrent les cavistes. Vous cherchez un jéroboam, un impérial ou même un nabuchodonosor pour une occasion ? N'hésitez pas à vous y prendre à l'avance, en demandant à votre caviste de le commander ou en contactant directement le producteur.

A quelle occasion les acheter ?

Leur volume fait des grandes bouteilles des vins d'occasion. Il serait dommage de déboucher un magnum à deux et d'en perdre la majeure partie ! Gardez-les pour les évènements qui réunissent assez de convives. Les grands contenants restent parfaits pour la garde… et les cadeaux. Leur côté prestigieux en fait des objets sympas et originaux qui font mouche à tous les coups.

Alexandra Reveillon

Merci à Catherine Agelasto, sommelière indépendante. www.agelasto-degustation.com