Cépages méconnus : le Grenouillet
Cépages méconnus : le Grenouillet
Publié le jeudi 06 septembre 2018

Cépages méconnus : le Grenouillet

Direction Bourges et ses environs pour découvrir un cépage méconnu qui a connu une histoire mouvementée : le Grenouillet. Si pour certains son nom est un hommage à la commune de Grenouilly dans le Cher, il se dit également qu'il serait une référence à l'aspect particulier des sarments de ce cépage, qui rappellent l'articulation du genou.

Le cépage historique du Berry

Variété emblématique et historique du Berry, le Grenouillet a forgé la réputation des vins de la région, en particulier du vignoble d'Issoudun, réputé produire les meilleurs crus. Mais comme de nombreuses autres variétés à travers la France, il a subi les ravages du phylloxéra. Le célèbre puceron en a fait disparaître pas moins de trois mille hectares, faisant du Grenouillet un cépage oublié au fil du temps. En effet, afin de contrer cette terrible maladie de la vigne, les viticulteurs ont favorisé des hybrides greffés sur des cépages américains qui, en plus d'être résistants, s'avèrent plus productifs. Résultat : en 1958, il ne reste plus que deux hectares plantés en Grenouillet.

Une résurrection inattendue

Le salut de cette variété viendra de l'envie de préserver les ressources génétiques de la région. Dès la fin des années 1980, Jean Bisson, ampélographe, identifie des pieds de Grenouillet dans le vignoble de Rolland Houry. Cette première étape signe le début d'une grande aventure pour le cépage. Treize ans plus tard, il connaît une belle consécration en intégrant la vigne-conservatoire de la Société pomologique du Berry, à Tranzault. En 2002, Jacques Aubourg, président de l'Union pour les ressources génétiques du Berry, entame les démarches pour l'inscrire au catalogue officiel. Cette distinction lui sera finalement accordée en 2011. Entre temps, il a déjà été classé dans les cépages de cuve autorisés et été au centre d'une plantation expérimentale de 52 ares à Quincy. Aujourd'hui planté hors expérimentation, on estime que le Grenouillet représente environ 2 hectares 50 partagés entre trois vignerons. De plus, les experts sont optimistes quant à son développement, le réchauffement climatique devant être bénéfique à ce cépage tardif.

À la dégustation...

Historiquement, le Grenouillet était connu pour offrir des vins rouges au beau potentiel de garde, souvent utilisés pour la recette des fameux œufs en meurette, recette très appréciée dans la région. Une aptitude au vieillissement que l'on peut expliquer par sa bonne teneur en alcool et son acidité caractéristique. Dans le verre sa robe oscille du rubis soutenu au grenat sombre. Sa palette aromatique, elle, est fortement dominée par les fruits rouges et noirs. On décèle au nez des notes poivrées et de délicates touches fumées. Enfin, la bouche est marquée par des tanins soyeux et des fruits concentrés.